Art roman de Barruera

À partir du IXe siècle, sur le versant sud des Pyrénées, le territoire est organisé en comtés dépendant du royaume franc, au sein de la Marca Hispanica. Au cours du Xe siècle, les comtés catalans se sont progressivement dissociés de l’Empire carolingien jusqu’à obtenir leur indépendance politique et religieuse.

La vallée de Boí faisait partie d’un de ces comtés : celui de Pallars-Ribagorça, rattaché à la maison de Tolosa jusqu’à la fin du IXe siècle. Avec l’indépendance du comté, un processus complexe de contrôle politique et religieux du territoire a commencé, qui s’est terminé par la division du comté d’origine en trois nouveaux comtés indépendants : Ribagorça, Pallars Jussà et Pallars Sobirà et avec la création d’un nouveau diocèse : l’évêché de Rueda.

La vallée de Boí se trouve au milieu de ce processus. Dans la première division territoriale, il faisait partie du territoire de Ribagorça, mais à partir de 1025, il a fait partie du Pallars Jussà, et pendant une bonne partie du XIe siècle, il a été impliqué dans les luttes comtales entre les deux Pallars. À la même époque, au milieu du Xe siècle, les églises de la vallée, qui appartenaient à l’origine à l’évêché d’Urgell, relèvent de l’évêché de Rueda. La création de ce nouveau diocèse a initié une période de conflits entre les deux évêchés. La vallée de Boí se trouvait également au cœur de ce conflit, comme le montre l’acte de consécration que Ramon Guillem, évêque de Roda Barbastre, avait peint sur une colonne à Sant Climent de Taüll en 1123, en signe de contrôle du territoire.

Quelques années plus tard, en 1140, la concorde entre les deux évêchés est signée. La plupart des paroisses de la Vall de Boí sont rattachées à l’évêché d’Urgell, seule l’Assumpció de Cóll restant dépendante de Roda Barbastre.

Coses a Fer

Ski

Boí Taüll offre aux skieurs tout ce dont ils ont

Retour haut de page
Demande de réserve
Open chat
Hola Tens alguna pregunta?